La passion des anges – Chapitre 2


Chapitre deux

Depuis le début de l’âge des hommes, les anges et les démons se font la guerre. Et à tous les millénaires survient une bataille décisive qui décide du sort de l’humanité pour les mille ans à venir. C’est de cette manière que Dieu joue avec Lucifer. Étant son ange préféré au début des temps, Dieu a gardé un faible pour lui, même aujourd’hui. Il espère encore le ramener un jour vers Lui. Dieu, bien qu’étant parfait en tout point, s’ennuie facilement et ce jeu d’échecs lui permet de garder l’esprit alerte et de passer le temps. Pour Lucifer par contre, le jeu est beaucoup plus sérieux.

Poussé par un désir d’indépendance et de vengeance, Lucifer tenta lui aussi de créer la vie comme son illustre Père. Malheureusement, toutes ses tentatives furent pour lui un échec cuisant. Toutes ses créatures s’avérèrent hideuses et sans grâce. Peu importe la manière dont il s’y prenait, la Vie ne voulait pas s’insinuer dans ses créations. Au mieux seul un simulacre du souffle divin s’insérait en elles et elles gardaient une grâce divine pendant quelques minutes, mais inévitablement elles se transformaient en chose monstrueuse. Au pire, elles ne s’animaient pas du tout et se liquéfiaient en bouillie brunâtre et malodorante. Après un certain temps, il finit par se résigner et tenta de tirer profit de la monstruosité de ses créations. Ce qu’il réussit sans peine cette fois. Cela eut pour résultat d’accroitre ses ambitions. Sa motivation sous-jacente, celle d’un jour détruire son Père et le remplacer au firmament, prit également de l’ampleur. Il en vint à souhaiter que la prochaine bataille soit la dernière et de ressortir grand vainqueur de cette guerre. Et pour cela, il conçut une nouvelle stratégie que Dieu, croyait-il, n’avait pas encore découverte.

Il mit en place sa nouvelle tactique il y a déjà fort longtemps. Il jouait maintenant un jeu d’échecs tout en finesse et subtilité. Il lança d’abord la rumeur que Dieu n’existait pas. Puis il s’arrangea pour faire croire aux hommes que le Mal n’existait pas non plus. Dieu, comme toutes les déités, tire sa puissance et son pouvoir de la foi de ses fidèles et du nombre de ses anges qui sont, à leur manière, des fidèles également. Dieu tient donc une grande partie de Sa force de Sa création. En faisant en sorte que les humains ne croient plus en l’existence de Dieu, Lucifer croyait affaiblir son Père.

Lucifer fit cela de manière détournée et de si bonne manière que Dieu ne s’en rendit pas compte tout de suite. Il y eut un certain… délai. En fait dans sa grande omniscience, Dieu fut au courant un quart de seconde plus tard. Qu’est-ce qu’un quart de seconde me direz-vous ? Pour une déité telle que Lui, c’est assez long. Voyez-vous, lorsqu’Il est alerte et ne s’ennuie pas profondément, Dieu est au courant de tout au centième de millième de seconde près. Après tout, il est Dieu et donc Omniscient, Omnipotent et Omniprésent. Cependant certaines de Ses réactions ne sont pas toujours rapides parce qu’Il est éternel et lorsqu’on a l’éternité devant soi, on se sent rarement pressé par le temps. Lorsqu’Il s’aperçut de la situation, du fait que les humains croyaient de moins en moins en lui et de moins en moins au Mal également, Dieu réfléchit à la situation pendant temps. Puis Il attendit encore, cette fois-ci seulement pour s’amuser. Puis Il fit venir Lucifer en terrain neutre, loin dans le cosmos. Bien que Lucifer se soit rebellé contre Lui, il y a certains ordres de Dieu auxquels il ne peut pas désobéir, car il est lui-même une de Ses créations. Il va sans dire que cela le frustre énormément. VIENS ME VOIR IMMÉDIATEMENT fait partie de ces ordres et ce sont ces paroles que Dieu prononça. Et Sa parole fait acte de loi. Lucifer tenta bien de résister, comme toujours, mais la douleur fut tellement intense et insupportable qu’il ne put qu’obéir à ce commandement. Il se présenta donc devant son Père, mais il resta fier et arrogant dans ses gestes et dans son attitude. Il ne s’agenouilla pas ni ne courba la tête devant Dieu comme le faisaient les autres anges, des lavettes selon lui. Cela n’offusqua pas le Seigneur, car Il avait toujours trouvé divertissant ses tentatives de rébellion et prenait inlassablement plaisir à voir Lucifer résister à Ses ordres. Pour le ménager et permettre à Lucifer de penser qu’il avait un certain contrôle sur les événements, Dieu n’obligea pas son fils, jadis son préféré parmi les anges, à s’agenouiller devant Lui.

Il lui demanda s’il était responsable de la baisse de Ses fidèles, de la baisse de la Foi en Lui.  Lucifer, en toute innocence lui répondit :

  • Bien sûr que non. Comment le pourrais-je ? N’est-ce pas une conséquence du libre arbitre que tu as donné aux hommes ? Ils ont le choix de ne pas croire en toi, l’aurais-tu oublié ?
  • NON, JE N’AI PAS OUBLIÉ. JE N’OUBLIE JAMAIS RIEN, L’AURAIS-TU OUBLIÉ TOI ? rétorqua Dieu moqueur.

Lucifer pris mouche de cette attaque. Inévitablement, il s’énervait toujours lorsque Dieu lui adressait la parole. Face à son Père, il se sentait toujours comme un adolescent en pleine crise devant un paternel qui montre constamment qu’il a raison. Lucifer avait tendance à se sentir inférieur devant Lui et cela l’énervait au plus haut point.

  • D’ailleurs, tu auras sûrement remarqué puisque tu es si parfait, que le nombre des gens qui croient en mon existence a diminué également et à la vitesse grand V. Alors, ce n’est pas moi l’instigateur de cette nouvelle menace contre toi.

Dieu le regarda d’un œil tristement amusé. DÉCIDÉMENT, CET ENFANT N’APPRENDRA JAMAIS RIEN, se dit-Il.  Et Il disparut, laissant Lucifer seul dans ce coin perdu du cosmos. Lucifer se regarda lui-même en projetant son reflet dans l’espace sidéral et parti d’un grand rire. Dans sa grande arrogance, il était certain que Dieu avait gobé tout ce qu’il avait dit. Paradoxalement, bien qu’il se sentait inférieur à Dieu, il s’efforçait toujours de se convaincre du contraire. La preuve qu’Il ne pouvait pas tout savoir, il se passait tellement de choses horribles sur Terre et Il ne faisait jamais rien ou alors si peu[1].  Alors que lui, Lucifer, intervenait constamment dans le monde et aux enfers pour mieux contrôler ses sujets et les événements.  Le diable croyait fermement qu’il avait bel et bien berné le Seigneur.

Dieu était revenu au firmament et réfléchissait à la situation. Il savait parfaitement que Lucifer lui avait menti et que c’était lui qui était l’instigateur de cette nouvelle manœuvre.  Qui d’autre cela pourrait être autrement ? Il était seul ici, comme toujours.  Il savait également que celui-ci chérissait le désir de le suppléer, n’était-Il pas omniscient ? Lucifer avait tendance à oublier l’étendue de Ses pouvoirs pour ne voir que ses propres ambitions. Par ailleurs, Il savait que Lucifer ne se nourrissait pas du nombre de ses fidèles ou de ses croyants, mais plutôt de la peur de l’homme envers toute chose.  Et son pouvoir grandissait de plus en plus, alors que lui, Dieu, sentait certaines de Ses forces diminuées tranquillement. Il n’avait pas besoin de la foi des humains pour être Dieu, mais pour régner sur cet univers, sur sa création, oui.  De plus, la foi d’un seul humain lui suffisait pour gouverner Son monde. D’une façon ou d’un autre, Il avait le pouvoir sur toute Sa création, sur la Vie et Lucifer n’avait pas le pouvoir de créer la Vie.  Il pouvait prendre, mais il ne pouvait pas donner.  N’empêche que tout cela l’amusait et l’ennuyait en même temps. Dieu décida de continuer le jeu avec Lucifer pour voir ce qui allait arriver. Cela le changeait de ses petites batailles habituelles. Pour jouer selon les règles de Lucifer, il fallait laisser le choix aux hommes.  Et bien c’est ce qu’Il allait faire.  Les hommes décideront du sort de l’humanité.  Dieu avait lu dans l’esprit de Lucifer que celui-ci utiliserait ses démons dès que le moment lui conviendrait, bien que cela contrevenait à la règle qu’ils s’étaient eux-mêmes fixée lors de la fin de la dernière bataille, il y a de cela mille années humaines. Si Lucifer pouvait utiliser ses démons sur Terre, Il le ferait également avec ses anges. Cela faisait fort longtemps que les anges ne s’étaient pas manifestés publiquement aux hommes. Après tout, les règles étaient faites pour être contournées et Lucifer s’amusait constamment à les changer, à en inventer de nouvelles. Dieu continua sa réflexion encore quelque temps. Une fois les idées claires, Il appela Micha’El, Rafa’El et Gabri’El, ses plus puissants et fidèles archanges.

Les trois archanges se matérialisèrent devant Lui. Ils s’agenouillèrent et courbèrent la tête devant leur Seigneur.  Dieu leur parla en ces termes :

  • LE NOUVEAU MILLÉNAIRE EST ARRIVÉ. LE TEMPS EST VENU POUR LES HUMAINS DE FAIRE UN CHOIX. CE SERONT EUX QUI DÉCIDERONT DU SORT QUI LEUR SERA RÉSERVÉ.

Ses archanges l’écoutèrent, sagement agenouillés devant Lui. Mais lorsque Dieu prononça Ses derniers mots, les trois se regardèrent surpris. Les hommes ? Décider du sort de l’humanité ?  On s’en allait vers la catastrophe assurée.

  • Excusez-moi Seigneur, demanda Gabri’El, mais ils croient de moins en moins en Vous. Ils ne croient plus en rien.  Ils ne croient même plus au Mal. C’est à peine s’ils croient en eux-mêmes. Comment pourront-ils faire un choix juste et éclairé ? Comment pourront-ils survivre devant un tel choix ?
  • JE SUIS CELUI QUI CRÉA LA VIE, MAIS IL APPARTIENT À LA VIE DE DÉCIDER SI ELLE VEUT CONTINUER DE VIVRE. SACHEZ QU’UNE PORTE DES ENFERS S’EST OUVERTE DANS LE MONDE DES HUMAINS. CETTE PORTE EST D’UN NOUVEAU GENRE, ELLE EST INVISIBLE POUR LES ÊTRES ANGÉLIQUES[2], MÊME POUR VOUS MES FIDÈLES SERVITEURS. SEUL UN MESSIE PEUT LA DÉTECTER. NÉANMOINS, TROUVEZ-LÀ ET FERMEZ-LÀ. POUR VOUS AIDER DANS VOTRE TÂCHE, UN NOUVEAU MESSIE NAÎTRA POUR FAIRE CONNAÎTRE MA PAROLE. CELA FAIT TROP LONGTEMPS QUE LES HOMMES L’ONT OUBLIÉE. MAIS ATTENTION, CAR LE NOUVEAU MESSIE SERA DIVISÉ PAR LE BIEN ET LE MAL. L’ÉQUILIBRE DOIT ÊTRE MAINTENU. PROTÉGÉR-LE AINSI QUE SA MÈRE. IL Y A DES ÊTRES INFERNAUX QUI POURRONT VOUS AIDER, TROUVEZ-LES ET RAMENEZ-LES VERS MOI. SI CEUX-CI ACCEPTENT, ILS SERONT PURIFIÉS, PARDONNÉS ET AURONT L’OPPORTUNITÉ D’ALLER AU PARADIS.

Les archanges étaient sidérés et embêtés par cette réponse. Il n’était encore jamais arrivé que Dieu pardonne à un être infernal, encore moins à plusieurs. En fait, il serait plus juste de dire qu’aucun être infernal n’avait jamais demandé à être pardonné. Les archanges savaient bien que se seraient encore eux qui allaient devoir se taper tout le travail. Eh oui, encore une fois.  Mais cela ne les dérangeait pas, ils aimaient bien courir par mont et par vaux et faire les importants. Toutefois, impliquer les êtres démoniaques ne les enchantait pas outre mesure. Micha’El qui aimait par-dessus les bonnes batailles ne voyait pas comment ils pourraient rallier les êtres démoniaques à leur cause.  N’étaient-ils pas des suppôts de Satan, du grand adversaire ? Il les avait combattus pendant si longtemps et maintenant il fallait qu’il combatte à leurs côtés ? Micha’El était perplexe face à cette décision et il se risqua donc à demander à Dieu :

  • Mais Seigneur, comment faire ? Ils nous exècrent ainsi que toute Votre création.  Leur seule ambition est de détruire Votre œuvre, de régner sur le monde et Lucifer est leur maître.
  • TOUS NE SONT PAS AINSI. CERTAINS NE SOUHAITENT PAS LA DESTRUCTION DU MONDE NI LA DOMINATION DE TOUTE LA CRÉATION. CERTAINS NE VEULENT QUE VIVRE DANS LEUR SEMBLANT DE VIE.  CERTAINS SAVENT QUE LUCIFER EST UN PIRE MAÎTRE QUE MOI. MAIS TOUS N’ONT PAS LE CHOIX, CERTAINS NE L’ONT JAMAIS EU. LUCIFER NE CROIT PAS AU LIBRE ARBITRE. AINSI UNE FOIS ENGAGÉS ENVERS LUCIFER, ILS NE PEUVENT PAS RECULER ET FAIRE UN AUTRE CHOIX, CAR CE QUI EST FAIT EST FAIT.  LUCIFER N’OFFRE PAS LE CHOIX DE CHANGER D’AVIS.
  • Mais Seigneur…, se risqua encore Micha’El…
  • CELA SUFFIT. J’AI DIT ET MA PAROLE FAIT LOI !, tonna-t-Il.

Dieu n’était pas toujours aussi patient envers ses anges qu’Il l’était avec les humains. Il pardonnait trop souvent à ses derniers. Alors que les anges avaient intérêt à ne pas dévier du droit chemin.  Sa colère pouvait être foudroyante et destructrice, car Il était Dieu et Il n’aimait pas être contredit dans sa volonté.  Les anges ne savaient pas pourquoi Il avait permis le choix des nuances aux hommes et non aux êtres angéliques. C’est d’ailleurs pour cette raison que Lucifer, pourtant l’ange préféré de Dieu, s’était rebellé contre Lui. Lucifer ne tolérait pas la trop grande importance des hommes aux yeux de Dieu. Il en était férocement jaloux.

Avant d’être déchu, par sa rancœur, sa jalousie, Lucifer devint autoritaire et despotique. Il devint pire que ce qu’il avait reproché à Dieu. C’est ainsi qu’en se détournant de Dieu, d’un ange de lumière, Lucifer devint Satan, l’ange des ténèbres.  De par cet acte, il se détourna du Bien. Le Mal prit alors possession de lui et de tous ses complices.  Par sa renonciation à Dieu, son créateur, Lucifer devint très puissant et craint par tous. Cependant, il restait encore dominé par Dieu sur certains points, car il était né de la création de Dieu et de ce fait, il lui restait soumis pour certains commandements.

Le Bien et le Mal ne sont pas des entités en tant que telles.  Ce sont plutôt des énergies qui se déploient dans les univers. Lorsque vous faites le Bien, votre âme se tourne vers l’amour, le bonheur et la béatitude.  Le Bien vous laisse toujours le choix, le Bien vous offre la liberté.  Et c’est dans cette énergie qu’est né le Seigneur. Alors que lorsque le Mal prend possession de vous ou que vous vous tournez vers lui, il ne vous reste plus aucun choix si ce n’est celui de servir le Mal.  Le Mal vous donne une forte impression de pouvoir, de force et de tout contrôler, mais votre âme n’en est que plus tourmentée et malheureuse, car elle est seule face à elle-même. Il est facile de se détourner du Bien, car le Bien vous laisse le choix. Alors que le Mal prend possession de vous à jamais. Seul Dieu peut vous exorciser du Mal, mais seulement si vous le voulez vraiment. Et Lucifer ne le voulait pas, car il se sentait puissant. Cela avait toujours attristé Dieu, mais Il respectait ce choix, car Lucifer avait été sa première création et également son préféré.

Rafa’El, plus humble que les deux autres, demanda à Dieu :

  • Que pourrons-nous offrir à ces êtres pour qu’ils se battent à nos côtés si l’attrait du Paradis ne leur dit rien ?
  • LA VIE HUMAINE OU ANGÉLIQUE SELON LEUR CHOIX. MAIS ILS DEVRONT ABANDONNER LEUR ESPRIT DE DOMINATION SUR MA CRÉATION. AU MIEUX, JE PEUX LEUR DONNER DES TERRITOIRES DONT ILS SERONT LES SOUVERAINS ET MAÎTRES, MAIS DONT ILS NE POURRONT JAMAIS SORTIR ET ILS SERONT SOUMIS À MA VOLONTÉ.  POUR CEUX QUI DÉSIRENT SE TOURNER DE NOUVEAU VERS LE BIEN, POUR CEUX QUI VEULENT SUIVRE MA PAROLE, J’OFFRIRAI LA RÉDEMPTION, LE PARDON, L’ESPOIR ET MON AMOUR INCONDITIONNEL.

Les trois êtres de lumière étaient stupéfaits devant tant de bonté et de générosité pour des êtres qui ne le méritaient certainement pas.  Mais si cela était la volonté de Dieu, ils ne failleraient pas et gagneraient cette bataille, car ils aimaient Dieu plus que leur vie et Dieu le leur rendaient bien.  Les archanges crurent que c’était le moment d’accomplir leur mission, mais Dieu les retint encore un instant.

  • UNE DERNIÈRE CHOSE.
  • Oui Seigneur, répondirent-ils en chœur tout en s’agenouillant de nouveau devant Lui.
  • LUCIFER SOUHAITE QUE CELA SOIT L’ULTIME BATAILLE. ALORS SI VOUS FAILLISSEZ À VOTRE TÂCHE, TOUTE MA CRÉATION SERA ANÉANTIE ET LUCIFER PRENDRA MA PLACE SUR LE TRÔNE DU FIRMAMENT.

Micha’El, Rafa’El et Gabri’El frémirent d’horreur à une telle pensée et ils s’en allèrent faire ce dont Dieu les avait chargés : faire en sorte que les humains sauvent le monde.  Tâche plutôt difficile pour ces êtres imparfaits et mortels.

Dieu était de nouveau songeur en pensant à ce qu’Il venait d’annoncer à ses anges. Peut-être en avait-Il trop mis ?  Il ne voulait pas leur faire trop peur, mais ils devaient savoir ce qu’ils allaient affronter. Ce n’était qu’une autre manière de jouer après tout.  Tout ceci n’était qu’un jeu, seules les règles changeaient. Dieu n’était pas inquiet, il était Dieu après tout. Que pouvait-Il craindre ? En pensant cela, une petite lumière s’éleva de Dieu et se dissout dans l’espace. Encore une autre âme de perdue. C’était celle d’Hubert Caron. Sur ce, Dieu soupira. Et le souffle fut tel qu’un ouragan se leva dans les îles du Pacifiques, qui fit heureusement peu de dégât.

Pendant le discours du Seigneur à ses anges de lumière, la nuit s’était répandue sur le quartier, sur toute la ville. Une porte sur les enfers était ouverte et les morts en étaient sortis pour reprendre ce qu’on leur avait enlevé ou refusé : la Vie.  Après en avoir terminé avec le corps de Hubert Caron, les êtres infernaux se répandirent dans les rues, comme l’avait fait la nuit avant eux.  Des flots et des flots d’êtres monstrueux sortirent par cette porte. Certains trouvèrent d’autres vivants dans les rues et s’acharnèrent sur eux. Chats ou chiens errants, rongeurs et parfois vagabonds sans domicile ou retardataires inconscients du danger qui les guettait dans les nuits. Tous les vivants qui étaient à leur portée passaient sous leurs dents et subissaient leur envie de meurtre et d’horreur. Plusieurs êtres infernaux réussirent à pénétrer dans les maisons mal préparées à cette nuit d’horreur. On pouvait entendre aisément les cris de douleur et les hurlements de terreur poussés par leurs habitants. Heureusement, seules quelques maisons tombèrent ainsi sous les griffes des morts-vivants, les autres plus habituées aux risques du quartier ou prévenues par de subites intuitions étaient mieux barricadées. Le flot de monstruosités sortant des enfers par la porte du club vidéo Partout Ailleurs finit par se tarir. Tous les morts-vivants pouvant sortir l’avaient fait. Cependant ceux-ci n’étaient que des pions dans les enfers, bientôt viendraient les vrais démons.  Mais pas encore, leur heure n’était pas encore venue.

Finalement, un dernier mort-vivant sortit du club vidéo. Cette créature-là était différente des autres. Elle avait reçu une mission bien spéciale que le Maître en personne lui avait confiée. Il devait trouver une femme, mais pas n’importe laquelle. Une bien spéciale, celle de qui devait naître le nouveau messie. De très anciennes prophéties depuis longtemps oubliées, l’avaient annoncé il y a de cela déjà fort longtemps et Lucifer s’en était souvenu. N’avait-il pas lui-même engendré les signes annonciateurs de la réalisation de cette prophétie ? Le Diable ricana en repensant à tout cela.

Un ange avait annoncé la venue du nouveau messie à un homme, qui lui-même l’avait transmis à un autre et ainsi de suite.  Dieu lui-même avait demandé qu’on répande la bonne nouvelle peu de temps après la mort de Jésus[3]. Par cette prophétie, Il avait voulu redonner espoir aux hommes qui avaient crus en son Fils. Il avait également demandé qu’on soit très imprécis sur le moment de sa venue ainsi que les signes annonciateurs de sa naissance dans le monde, car Il ne voulait pas que Lucifer connaisse le moment précis, du moins pas tout de suite.  Tout ce que les hommes devaient savoir c’était que le messie naîtrait lors d’une nuit sans lune ni étoile. Dieu avait toutefois fait transmettre qu’une petite partie de la prophétie annonciatrice du nouveau messie. La partie essentielle du message divin devait rester dans le cœur de quelques anges célestes seulement, trois archanges pour être plus précis : Micha’El, Gabri’El et Rafa’El. Même chez les anges, il pouvait y avoir des fuites, alors Dieu avait tenu à minimiser les risques. Les autres créatures célestes seraient informées en même temps que l’humanité. Ces trois anges devaient se charger de la faire transmettre en temps voulu, quelques bribes à la fois, à l’humanité. Cette partie cachée du message divin contenait le temps et le lieu de la naissance ainsi que le nom de la mère. Il annonçait également que ce serait Lucifer qui déclencherait les signes annonciateurs de la venue du nouveau messie en ouvrant les portes des enfers. Évidemment, Lucifer n’était pas au courant de la partie cachée du message.

Ainsi donc, les hommes étant ce qu’ils sont, la rumeur de la prophétie avait fini par venir aux oreilles de Satan.  Sur le coup, celui-ci en avait été fort contrarié. Encore un autre Jésus !!!  Déjà que cela lui avait pris plus de deux milles ans pour atténuer l’effet du précédent messie sur le monde, voilà qu’il en viendrait un autre ! Les derniers étages des enfers tremblaient dans leur fondation de par l’intensité de la frustration et de la colère que cette nouvelle avait provoquée chez lui. Les démons inférieurs et supérieurs faisaient de leur mieux pour disparaître de la vue de leur Maître. Ceux qui n’étaient pas assez rapides, avaient été transformés en poussière ou avaient disparu dans le néant. Les autres ne tenaient surtout pas à subir le même sort. Lucifer était vraiment très contrarié par cette nouvelle et s’efforçait de calmer sa colère en faisait disparaître ses subalternes ou en leur infligeant d’atroces souffrances mentales et physiques.  Puis il cessa tout à coup et se mit à réfléchir à la manière dont il pourrait tourner cette nouvelle à son avantage.

Les hommes ne croyaient plus en grand-chose, ni en Dieu ni en lui, croiraient-ils en la venue d’un nouveau messie ?  Bien sûr que non. Ils allaient donc être assez insouciants quant à sa venue et ainsi, il pourrait frapper plus fort. Restait à savoir quand et où, ce qui pouvait être un problème de taille.  Toutefois, il avait encore certains contacts parmi les créatures de Dieu et celles-ci lui avaient confié, enfin pas directement, mais plutôt par d’autres qui l’avaient dit à d’autres, etc., ce qui revenait au même, que les anges n’en savaient pas plus que les hommes sur la prophétie.  Par ailleurs, il semblerait que seuls trois anges du haut firmament seraient au courant de détails ignorés de tous. Lucifer savait bien qui était ces trois anges. Cela ne pouvait être que Micha’El, Gabri’El et Rafa’El. Ces trois malins n’avaient jamais voulu le suivre dans sa rébellion et avaient même été ses plus ardents ennemis lorsqu’il avait quitté le giron du Seigneur. Mais aujourd’hui c’était une autre histoire. Si personne n’était au courant des détails plus précis de la prophétie, cela pourrait vouloir dire que lui, Lucifer, pourrait créer son propre messie et faire en sorte que l’humanité se tourne vers son fils à lui plutôt que vers celui de Dieu.

Autant de puissance au niveau de la foi, lui donnerait sûrement une énorme force, assez peut-être pour renverser Dieu de son trône ? Assez pour prendre enfin sa place et devenir le seul et unique maître de cet univers ! Et ensuite qui sait, peut-être aussi des autres univers ! Lucifer était parti dans ses rêves de gloire et de puissance absolue lorsqu’il s’arrêta de nouveau soudainement. « Non, non, non, je ne dois pas m’emballer.  C’est ce qui a causé ma perte la dernière fois. Une chose à la fois et j’attendrai mon but, enfin ! »  Ses subalternes qui avaient vu leur Maître passer de la frustration à la colère, puis à l’explosion de joie ne savaient plus où se mettre. Devaient-ils continuer à se cacher, fuir vers un étage supérieur ou rester agenouillés devant leur seigneur et maître ? Les changements brusques d’humeur chez Lucifer n’étaient jamais bon signe. « Je dois réfléchir à tout cela calmement », se dit-il et d’un claquement de doigts fit retourner au néant tous les démons et autres morts sur les deux étages accédant à son trône. Trône qui était d’ailleurs une vulgaire et vraiment très pâle copie de celui de Dieu. Malgré tous les artisans, artistes et autres génies de l’art que Lucifer avait pu recruter, aucun n’avait été en mesure de lui faire un trône à la grandeur de son immense pouvoir. Si bien qu’il était maintenant à moitié couché sur un trône d’aspect sordide et tout tordu d’avoir subi les assauts de tant de maîtres artistiques et de convergences différentes.  Le résultat était assez pitoyable. Mais contre toute attente, il était confortable et c’est pour cette unique raison que Lucifer l’avait gardé en attendant de trouver mieux. Lucifer avait relégué au plus profond de ses enfers les artisans ayant échoué et avait sommé ses démons de leur faire subir les pires tortures.

C’est Dieu qui avait les meilleurs artistes bien entendu, c’était une des raisons pour lesquels le firmament était si beau. Lui, Lucifer, n’avait pu obtenir que les plus médiocres.  Pour les avoir à ses services, Lucifer avait certes réussi à corrompre certains artistes qui avaient jadis étaient excellents et même de véritables génies. Cependant, cela avait eu pour fâcheuses conséquences de nuire considérablement à leur art et ils n’avaient plus été en mesure de créer des chefs-d’œuvre dès le moment où ils avaient été corrompus par le Mal.  Ni quoi que ce soit de beau d’ailleurs.  Son horrible trône en était la preuve.

Les démons et morts se trouvant sur les deux étages menant au trône avaient donc disparu dans le néant lors du claquement de doigts de Lucifer. Et ceux qui étaient dans les bonnes grâces de leur seigneur et maître, et très peu l’étaient pour le moment, avaient été sommés de retourner à leurs tâches. Les plus chanceux ou ceux qui avaient eu la présence d’esprit de se mettre hors de la portée du maître dès l’annonce de la mauvaise nouvelle, avaient pu échapper au néant bien avant que cela ne devienne une menace.  Les démons et morts esclaves manquants furent bien vite remplacés par d’autres, mais plus personne ne pénétra dans les étages du seigneur des enfers, juste au cas. Cela tombait bien, car Lucifer désirait être seul pour réfléchir à sa stratégie concernant le nouveau messie.  Il se devait de trouver la femme mère avant les anges. Les trois archanges ne pouvaient se permettre de monter personnellement la garde devant elle, cela serait beaucoup trop suspect et ils ne pouvaient pas non plus l’entourer de trop d’anges pour les mêmes raisons.  Il y avait donc de grandes chances pour que cette femme soit seule et isolée, car c’était ses meilleures armes pour ne pas attirer l’attention du malin.  Néanmoins, beaucoup d’humains avaient des anges gardiens plus ou moins puissants, parfois assez puissants pour nuire à ses démons supérieurs, parfois même à ses plus hauts princes démons.  Évidemment, face à lui, le grand Lucifer, ils n’étaient rien d’autre que de vulgaires moustiques, mais il ne pouvait pas se permettre de courir par monts et par vaux à la recherche de cette femme, de cette humaine.  Ce n’était pas au chef de faire cela, mais aux subalternes, aux esclaves. Mais ceux-ci ne lui étaient pour le moment d’aucun secours. Personne, pas même ses meilleurs espions, ne pouvait lui dire où se trouvait cette femme, ni quand elle se trouvait.  Il allait donc devoir la trouver lui-même, et ce, sans aller sur Terre, car il serait trop rapidement repéré et l’humaine lui filerait alors entre les doigts.

La puissante énergie du Mal avait donné de grands pouvoirs de magie noire à Lucifer.  L’énergie négative allait donc l’aider dans sa tâche. Pour faire cela, il allait devoir invoquer la grande puissance du Mal et il verrait bien ce qui en résulterait. Il s’assit sur son trône. Il se mit en position pour invoquer et fit un grand geste de la main gauche en chuchotant un mot de pouvoir. De grands nuages noirs et maléfiques pénétrèrent par les murs dans la pièce du trône. Ils se regroupèrent rapidement tout autour de lui pour l’envelopper complètement. Lucifer prononça un autre mot et les nuages se dirigèrent vers le centre de la pièce et disparurent soudainement.

Un petit bassin d’eau, fait de marbre noir strié de blanc apparu à l’endroit même où les nuages avaient disparu. Lucifer se leva et se rapprocha de celui-ci. Il regarda dans l’eau noire, mais miroitante. Des symboles apparurent, puis une carte. Il savait maintenant où et quand il pourrait trouver la femme désignée par Dieu pour être la mère de son enfant. Maintenant, qui était-elle ?  Il y avait des millions d’humains dans cette région.  Comment trouver la bonne ?  Il plongera la main dans le bassin et un ressortit un flacon. Il le regarda attentivement, se demanda quel genre d’utilisation il devait en faire. Le flacon n’était pas vide, mais plein d’un liquide transparent. Lucifer fit sauter le petit bouchon de verre d’un geste délicat, il ne pouvait se permettre de casser la fiole, le Mal ne lui en donnerait pas d’autres.

Celle-ci lui avait déjà coûté très cher en esclaves. Sur les centaines d’étages que comptait l’enfer, une vingtaine s’était vidée soudainement de tout semblant de vie qu’ils comptaient.  Esclaves, mort, démons inférieurs et supérieurs et trois de ses dix hauts princes démons avaient disparu dans le néant, englouti par l’énergie du Mal. La perte de ses trois hauts princes démons le peinait un peu, ils avaient été avec lui depuis les tous débuts, mais le résultat en valait la peine. Il sentit le contenu de la fiole. Il écarquilla les yeux et fit une moue d’étonnement.  Une odeur !?  Lucifer claqua des doigts et un démon supérieur apparut devant lui. Le démon fut étonné une ou deux secondes puis il se précipita à genoux pour se prosterner devant son seigneur.  Jamais encore il n’avait eu l’occasion d’être convoqué directement devant lui. Il en était tout tremblant et se demandait ce qu’il avait bien pu faire pour déplaire au maître.  Néanmoins, il réussit à croasser un mot ou deux pour manifester son dévouement à son seigneur.

  • Il suffit, dit Lucifer en grondant.

Le jeune démon qui n’avait été créé que depuis quelques centaines d’années, mais qui avait réussi à monter les échelons grâce à sa pugnacité, ne se le fit pas dire deux fois et se tue.

  • Amène-moi le plus fidèle et le plus horrible de mes morts esclaves. J’ai une importante mission pour lui.
  • Oui Maître.

Et le jeune démon reparti en courant vers la sortie pour trouver et ramener le plus vite possible ce que son maître lui avait demandé.

[1] Lucifer faisait erreur en pensant cela. Dieu intervient souvent dans le monde, mais Il le fait subtilement et nul ne sait exactement comment Il s’y prend. Même les anges les plus proches de lui ne comprennent pas souvent les raisons de Ses volontés et Ses agissements et cela pour une simple raison : les voies de Dieu sont impénétrables.  Qui peut comprendre Dieu si ce n’est Dieu lui-même ou peut-être une autre déité, mais il n’en existe pas d’autre dans cette partie du multivers. Dans ce monde, Dieu a plusieurs noms, plusieurs visages, mais il n’y a qu’un seul Dieu. Il existe d’autres déités dans le multivers, mais ils se parlent rarement et généralement leurs rencontres crée des trous noirs qui anéantissent leurs créations alors, ils s’évitent autant que possible. Les dieux voyez-vous n’aiment pas le gâchis et sont d’ardents défenseurs du recyclage.  Alors voir des morceaux de leur création disparaître dans le néant, les irrite au plus au haut point. Maintenant allez savoir pourquoi Dieu est si tolérant envers la pollution et le gaspillage des ressources de la Terre…

[2] Ce n’était pas tout à fait vrai, mais Dieu aimait bien parfois corser la situation pour amener ses fidèles à se dépasser.

[3] Évidemment, un petit peu de temps pour Dieu équivaut à plusieurs centaines d’années, près de mille ans en fait, pour l’homme.  Le temps est un concept très relatif.

Publicités

2 réflexions sur “La passion des anges – Chapitre 2

  1. Il me semble que j’ai écrit qqchose qui ressemble à cela dans ma traduction de l’apocalypse.

    Le premier chapitre et le dernier, je crois ou je montre la fin de l’histoire.

    GeoLac

    ________________________________

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s