La vie après la mort


Ouf… cela fait longtemps que je n’ai pas écrit. Je n’avais rien à dire remarquez.

Mon père est mort en novembre, le jour du souvenir. C’est tout lui ça, il ne voulait pas qu’on l’oublie. Mais comment aurions-nous pu, je vous le demande ? N’empêche, il est mort quand même. Il est mort et là, la vie reprend sa course. Il est mort un 10 novembre, mais je n’ai pu le laisser partir que trois semaines plus tard. Un mardi pour être plus précise. Le 25 novembre, il m’a quitté. Avant cela, il était mort, mais il était encore là, présent, tout près. Et le 25, je me suis effondrée, je l’ai laissé partir et effectivement, il est parti. Je ne le sens plus comme avant. J’ai toujours senti mon père, tout près. Je l’entendais quand il m’appelait, pas besoin du téléphone. Maintenant, je ne l’entend plus. Je le sens un peu parfois, mais comme s’il était loin, très loin et occupé à d’autres choses. Ce n’est plus la même sensation, le même ressenti. C’est différent de quand il était présent, quand il était encore en vie.

Après sa mort, j’ai été dans le cirage pendant plusieurs semaines. J’étais comme dans une bulle intemporelle, sur le pilote automatique, difficulté de concentration, perte de mémoire à court terme, difficulté à planifier, etc. Bref un cerveau dans le cirage et une grande fatigue physique en plus. Au bout d’un temps, n’en pouvant plus, je suis partie au loin, au chaud, au soleil, pendant une semaine avec ma petite famille et ma mère. Suffisamment longtemps pour me ressourcer et revenir à temps pour la période des fêtes de Noël. Il me reste encore une semaine de vacances avant de reprendre le boulot et le quotidien.

Je suis sur un plateau, naviguant entre deux eaux, incertaine et aveugle de l’avenir. C’est calme et plat, comme dans l’œil de la tempête. Un petit moment de repos avant de reprendre les transformations qui auront lieu en 2015.  Que nous annonces 2015 ? Je ne sais pas trop. Mes pouvoirs ne sont pas au top en ce moment. Je suis encore en train de me remettre de mes dernières turbulences.

Mes pouvoirs sont bas, mon inspiration pour écrire des histoires est au plus bas. J’avais bien commencé un petit quelque chose, mais c’était déprimant et «dark». C’était sombre et laid, triste et horrible. Le genre de truc que tu n’as pas nécessairement envie d’écrire quand tu essayes de te remettre de la mort de ton père. Ça ne me purifiait pas, cette histoire ne faisait que m’assombrir davantage. Je n’ai pas continué.

En attendant, je ne suis pas inspirée, c’est le vide, le néant. Cependant, bizarrement, je rêve beaucoup. Depuis la mort de mon papi, je rêve plus qu’à l’ordinaire. Tout plein de rêves, haut en couleur. Je visite d’autres mondes, d’autres lieux, d’autres temps, d’autres réalités. Très réaliste et intéressant, mais rien qui mérite que j’en fasse une histoire.

Peut-être que 2015 m’apportera l’inspiration nécessaire pour écrire d’autres histoires ou continuer celles que j’ai laissé en plan ?

La Vie après la Mort

Publicités

2 réflexions sur “La vie après la mort

  1. Très représentatif, cette photo. Le temps est l’allié de la vie. Écrire, c’est aussi sortir ces trucs qui autrement restent en soi et finissent par d’enkyster. On peut l’écrire, le dire, le chanter, le crier, mais il faut lui permettre de se rendre à la surface.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s