Je suis en deuil… Mon chat est mort


Mon chat est mort. Non pas comme dans l’expression québécoise bien connue des gens d’ici : « Mon chien est mort », voulant dire par là que votre futur projet vient de prendre la voie de garage, est mort au combat, bref qu’il n’y a plus d’oppurtunité. Non. Mon chat est mort réellement. Physiquement même. De ma main, ou presque. Par le véto en fait, mais sur un ordre, un paiement de ma part. 82$ pour être plus précise. La mort de mon animal, compagnon de mes jours et de mes nuits depuis 13 ans valait 82$. Je trouve ça trop cher pour mon porte-feuille, mais en même c’est d’une valeur insignifiante pour la valeur réelle que ce chat avait dans nos vies, la mienne et celle de ma famille.

82$, j’ai payé 82$ pour mettre fin à la vie de mon chat. Je trouve ça merveilleux et totalement horrible en même temps. Merveilleux, car il y a des gens formés et compétents qui vous aident à mettre fin aux souffrances de votre animal adoré, moyennement une certaine rétribution monétaire, et ce, d’une façon tout à fait respectable et en douceur pour votre animal.

Mais c’est aussi passablement horrible, car vous n’avez pas les couilles de mettre fin vous-même à la vie de votre animal. Pourtant, cela pourrait être une grande forme de respect et d’amour pour lui. Vous l’avez cajolé, aimé, nourri, lavé, brossé, soigné, etc. Vous l’avez aidé dans sa vie, alors pourquoi ne pas l’aider dans sa mort ? Demander au véto de le faire à votre place c’est une forme de lâcheté. Pourtant, le faire soi-même si on n’a pas les instruments adéquats ni le savoir-faire requis pourrait s’avérer passablement désastreux pour vous et votre animal. La mort, ça peut aussi très mal virer. Alors demander à un professionnel de le faire à votre place peut s’avérer tout à fait adéquat et recommandable. C’est pour ça en fait que j’ai préféré demander au véto, j’avais peur de manquer mon coup.

Alors à la place, je suis restée avec mon chat tout le long des procédures. C’était la moindre des choses de ma part. D’abord, une piqure pour le relaxer et l’endormir. On voit son chat devenir confus, puis sombrer dans l’inconscience en moins d’une minute. Je lui ai parlé et flatté. Et j’ai pleuré. Je me suis excusée, lui ai dit combien j’étais désolée, combien il avait eu une place importante dans nos vies et combien il avait été un bon chat pour notre famille.

Dix minutes plus, la piqure finale pour arrêter le cœur. C’est toute une expérience de voir la vie se retirer du corps de votre animal. Au début, on voit son ventre se soulever, il respire, son cœur bat. Puis ses respirations diminuent, le ventre se soulève moins, puis… Il n’y a plus rien.

Le ventre ne se soulève plus. Le cœur ne bat plus. Les yeux se ferment doucement. Et vous ? Et moi en fait ? Je pleure douloureusement ma perte, mais aussi mon geste, car j’ai mis fin à la vie de mon animal… Ce chat avait la vivacité et la vigueur pour vivre éternellement, mais quand on a constaté qu’il n’était plus capable de manger à cause de son supposé cancer (je n’ai pas fait faire le scan à 400$… pour probablement les raisons que vous imaginez), nous n’avons pas voulu faire durer plus longtemps son supplice et nous avons pris la décision en famille.

Le véto a quitté la pièce pour me donner tout le temps que j’avais besoin avec mon animal.

J’ai pris tout le temps que j’avais besoin. Puis j’ai ramené mon chat à la maison. Mon mari m’attendait et il avait déjà préparé la tombe.

Il a choisi un bon endroit. Sous le lilas dans le fond de la cour. Il sera à l’ombre pour les chauds jours d’été et au soleil quand il n’y a aura plus de feuilles en hiver. Avec les oiseaux et les écureuils pour l’accompagner dans sa vie de trépassé s’il revient nous rendre visite. Sinon, bien que sa dépouille repose au fond de mon jardin, j’espère que son âme, elle, est allée rejoindre mon chien Bandit, son grand ami décédé il y a déjà 4 1/2 ans. Il retrouvera aussi Passe-Poil I, Passe-Poil II ainsi que Pépite. J’espère qu’il s’est trouvé un coin douillet au paradis des chats où il pourra nous attendre en toute quiétude.

Je ne vous ai même pas dit son nom ! Ce chat fameux c’était Pantoufle, aussi surnommé affectueusement La Bête lorsqu’il était jeune. Quel chat il était ! Toujours gentil, sociable avec les autres animaux, même les chiens. Tout le monde le connaissait. Il avait toute une réputation. Quand on était en appartement, sa maison ce n’était pas notre petit 4 1/2, non, c’était le bloc au complet. Il avait ses aises dans presque tous les appartements.

Ma voisine passait son temps à le sortir de son appartement et lui passait son temps à y revenir pour y faire un petit somme sur son divan ou sur son lit. En peu de temps, il a fait de presque tous les appartements son chez soi. Il était copain avec tout le monde, humains comme animaux, les bébés comme les adultes.

Ce très cher Pantoufle va me manquer, il me manque déjà en fait. Je le vois encore le matin, endormi près du calorifère de la salle de bain. Ou encore couché sur mes genoux lorsque je regardais la TV le soir. Les genoux du monde c’était son lieu de prédilection pour quiconque s’assoyait sur le divan. Surtout ceux de ma grande fille.

Quel chat ! 🙂

Je t’aime Pantoufle et amuse-toi bien au paradis en attendant qu’on vienne te rejoindre.

IMG_0380-0.JPG

IMG_0379.JPG

IMG_0384-0.PNG

IMG_0382-0.PNG

Publicités

3 réflexions sur “Je suis en deuil… Mon chat est mort

  1. Tout ceux qui vivent avec des chats redoutent ce moment terrible. J’ai connu cela une fois. Mais je sais que tous mes chats vivent dans un lieu béni, leur paradis à eux et que je les reverrais tous un jour….je crois qu’il y en aura beaucoup, Caramel, Bouddha, Cléo et sa fille, et je me rappelle pas de tous leurs noms mais ils et elles ont ensoleillés ma vie de leur fourrure joyeuse et tendre.

  2. Bonjour petite fille,
    je te comprends, quand on aime et peut importe qui ou quoi que ce soit, c’est toujours un deuil. Les animaux possèdent une conscience et à notre contact elle grandit, mais la notre aussi grandie à leur contact. Cette conscience de la nature a une vie propre à elle et elle ne dépend aucunement de nous, mais elle est reliée à nous. Je sais par expérience qu’il y a des mondes où vivent essentiellement des consciences du type baleine, dauphin, etc, etc. Ces consciences viennent s’incarner sur terre pour nous apprendre à grandir et pour la plus part d’entre nous, nous croyons que c’est nous qui leur apprenons quelque chose. La conscience des plantes est de beaucoup plus élevée que celle des humains, je crois même que nous sommes au bas de l’échelle en comparaison de la leur. Dans une expérience avec des pantes, une plante savais faire la différence entre quelqu’un qui avait une intention réelle de la brûler et faire semblant. La conscience de la nature nous dépasse à tous les niveaux. La nature est âgée d’au moins un milliard d’années tandis que nous les supposés évolués humains, nous sommes arrivés en dernier de tout, c’est grâce à Mère Nature si nous avons grandis
    Alors, la plus part du temps, je préfère la compagnie de la nature que l’humain dans sa majorité.

    Sois heureuse Aragonne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s