Dans l’horreur de votre quotidien


J’ai toujours trouvé étonnant la fascination des gens pour l’horreur, que se soit dans les Nouvelles de la TV/radio, les romans, les films, etc. Je ne parle pas ici de regarder un film d’horreur de temps en temps ou d’avoir quelques livres d’horreur à lire dans notre liste de bouquins. Non, je parle plutôt de véritable fascination. Lorsque l’horreur devient notre seul créneau de divertissement. Que si ce n’est pas horrible d’une quelconque manière cela nous ennuis ou nous indiffère totalement.

Par ailleurs, vous avez sûrement remarqué que depuis quelques années le genre horreur devient de plus en plus prolifique et populaire. Au point, je trouve, que ce genre est devenu sur-abondant. Pourquoi ? Est-ce parce que nous vivons si peu d’horreur dans notre vie quotidienne que nous avons besoin d’en voir de plus en plus et de manière de plus en plus intense ? Que cherchons-nous ainsi à extraire de notre inconscient ?

Lorsque j’étais adolescente et même jeune adulte, les livres d’horreur étaient ceux que je préférais le plus. J’aimais bien également les films de peur, mais de manière parcimonieuse. Je préférais l’horreur imaginaire à l’horreur visuelle. Lorsque je suis tombée enceinte la première fois, ce goût pour l’horreur à de beaucoup diminué. Peut-être parce que maintenant, je peux vivre l’horreur bien plus intensément. Le lire le journal ou regarder les nouvelles à la TV où l’on parle de tuerie, d’enlèvement, de pédophile, etc… il m’est beaucoup trop facile de croire que cela pourrait arriver à mes enfants. Car la véritable horreur c’est de savoir que cela pourrait arriver pour vrai, non pas à vous ou votre conjoint, mais à vos enfants. Et le pire survient lorsqu’effectivement la réalité dépasse la fiction.

Il y a divers genres dans l’horreur : gore, psychologique, vampire, fantôme, catastrophe, zombie, tueur et maniaque en tout genre , etc. Il y a des genres que l’on supporte, d’autres que l’on apprécie et d’autres que l’on évite carrément. Personnellement, vous le savez sûrement si vous me lisez depuis quelques temps, j’évite les zombies autant que possible. Depuis Dawn of the Dead, je ne suis plus capable. Ça été le film qui a cassé mon envie du genre.

Bien évidemment, nous, être humain, avons une vie fragile. Nous ne durons pas éternellement et nous vivons à très court terme. Alors pourquoi diminuer en quelque sorte notre espérance de vie en nous imaginant les pires horreurs ?

Je lis encore un peu des romans d’horreur, mais moins qu’avant et le plaisir que j’en éprouvais avant à les lire est bien moindre aujourd’hui et parfois même, carrément absent, car les moments d’horreur m’écoeure. En fait, c’est le sentiment de haine, de tristesse et de désespoir qu’ils suscitent qui m’écoeure de plus en plus. Bizarrement, je supporte ou j’aime mieux les horreurs de monstres que l’horreur entre humains. En fait, c’est beaucoup les petits scènes d’horreur du quotidien qui m’horripile, comme le harcèlement ou le bullying par exemple.

J’éprouve aussi le besoin d’en écrire. Ainsi la plupart de mes histoires sont en quelque sorte toutes ou presque des histoires d’horreur ou plutôt de peur. Cependant, je n’écris pas sur les horreurs humaines. Et je n’écris pas non plus sur les zombies. Ceux-ci sont trop présents dans mes rêves pour que j’éprouve le besoin de les mettre sur papier. Ça serait leur donner davantage prise sur ma réalité.

Pourquoi êtes-vous fasciner par les histoires de peur ou d’horreur ? Êtes-vous plutôt du type peur ou du type horreur ? Car les deux sont différents. Est-ce une manière pour vous d’expulser vos peurs intérieures ? Ou au contraire une manière pour vous d’expulser une violence qui est en vous et qui pourrait sortir d’une manière dangereuse autrement ?

20130729-115253.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s