Des histoires et bla bla bla


J’écris pour qui ? J’écris pour moi. Pour exprimer ce que je ressens, pour mettre en mots mon imaginaire, mes craintes, mes peurs et mes cauchemars. Pour dompter ce qui ne pourrait l’être dans la réalité.  Dans mes histoires, je peux exprimer tout ce qui ne peut sortir dans la vie «réelle». Ainsi, il est fort possible que certains de mes personnages soient très près de ma vie ou de ce que je vis, sans pour autant être leur exacte réplique. Donc il y peut y avoir de fortes ressemblances entre des personnages, des événements, mais ils seront toujours plus exagérés que dans ma vie.  Et parfois pas nécessairement. Mes histoires me donnent l’occasion de donner une explication complètement tordue ou fantasque à une situation pour laquelle il m’est impossible d’exprimer clairement mon ressentie à ce sujet sans passer pour plus «weirdoe» que je ne le suis en réalité. Les événements et personnages sur lesquels j’écris peuvent également sortir tout droit de mes rêves et de mon imagination et n’avoir aucun lien, d’aucune sorte avec la vie «réelle». Mon histoire «Face au Mal» que vous suivez dans le Sans Papier en est un exemple. Cela a débuté par un rêve et le reste est sorti tout seul. Totalement imaginaire. Alors que «Le sortilège caché» ou «Nouvelle aube» ont des liens avec la réalité, mais pas nécessairement ce que le lecteur pourrait croire. Parfois le lecteur croit reconnaître un lien, alors que ce n’était pas cela du tout. C’est souvent cela les histoires que l’on lit. On y reconnait parfois notre vie ou la vie des autres, alors que ce n’était pas du tout ce que l’auteur avait en tête en l’écrivant. Souvent, quand un chapeau nous fait, on le met, même s’il n’a pas été conçu pour nous. 

***

Par ailleurs, qui vous dit que ce que vous rêvez n’est pas en fait une autre réalité ? Alors quelles différences y-a-t-il alors entre le rêve et la réalité ? Parfois la différence est si mince, que l’un s’imbrique dans l’autre.

***

Ainsi je suis dans mes vacances estivales, sans peur et sans reproche, sans pression et sans tension. Le but ultime étant de faire ce que je veux quand ça me plait.  Je profite du temps qui passe. Deux semaines viennent de passer, il m’en reste encore trois. Ça fait vraiment un bien fou.

***

J’ai un nouvel ordinateur portable depuis plusieurs mois déjà. J’en avais acheté un, un pas pire,  utile pour faire ce que j’ai à faire à la maison : mes histoires, mon budget, Internet, Facebook, quelques jeux en ligne. Au bout de quelques jours, je me rend compte que plus je l’utilise pour écrire plus mon poignet droit me brûle. Au point, où je ne suis plus capable d’écrire sur le clavier de l’ordinateur. Le processeur ou je ne sais trop, se trouvait juste à droite de la souris, là où mon poignet droit s’appuie pour écrire. Je le retourne au magasin. Le vendeur me trouve un peu folle. Mais bon, le client a toujours (ou presque) raison. Peu importe. Avant de choisir mon 2e nouveau, je vérifie avec la main tous les démonstrateurs. Ils chauffent tous au même endroit. Et ceux qui ne chauffent pas sont hors de prix. On s’entend, j’ai pas de gros besoins, je ne vais pas payer 2 000$ pour un ordinateur portable. Bref, je finis par en trouver un autre, le démonstrateur est le 17 pouces et il chauffe un peu (moins que mon premier cependant), mais sous le clavier numérique complètement à droite, alors ça ne me gêne pas pour écrire mes histoires. Étant donné évidemment que j’écris avec des lettres et non des chiffres. Sauf que je prend le 15 pouces… Je ne voulais pas mettre 200$ de plus, seulement 100$ au max de plus que ce que j’avais déjà payé, c’est-à-dire probablement trop cher.

Bref… Et bien, voilà !!! Il fait comme l’autre !!! Certes la chaleur est légèrement distancée à droite par rapport au premier, mais il chauffe tout autant. Et là cela fait plusieurs minutes que j’écris et mon poignet me brûle. Bien évidemment, il est trop tard pour le retourner, encore, au magasin. Il est encore sous garantie (j’en ai pris une prolongée) ce n’est pas un dysfonctionnement, je suis juste NON SATISFAITE de leur putain de qualité de clavier…. C’est un Toshiba, avec AMD. Au au magasin, c’était tous des AMD. Alors achetez pas ça si vous pianotez beaucoup sur votre clavier. Fort heureusement, j’ai une solution de rechange. J’ai un autre écran (20 pouces) et un autre clavier que je peux ploguer dessus. Ce que je n’aurai probablement pas le choix de faire ou bien de le vendre et d’en acheter encore un nouveau.  Le pire c’est que le vieux lap top mon mari, un Toshiba aussi, qui va très bien excepté qu’il est très vieux et très très lent, ce n’est pas un ADM, mais Intel et lui n’a jamais chauffé ni brûlé mon poignet.

Voilà c’était ma montée de lait du jour.

 

Publicités

2 réflexions sur “Des histoires et bla bla bla

  1. C’est moche pour ton ordi! J’ai testé tous les claviers des portables que je considérais acheter, très longuement, et je suis satisfaite de mon HP (qui ne chauffe pas à droite), Mais la souris est très raide et en mode correction de texte, ça finit par me forcer les muscles du poignet. Ce sont les aléas du métier, de quoi être fières hein? ;P

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s