Nous sommes à peu près tous fous…


Tu ne te sens pas bien dans ton petit cœur ? Tu déranges toute la classe parce que ça fait trois heures que tu es assis et que tu n’en peux plus ? Tiens, prend une pilule, ça va te geler le cerveau et tu vas oublier tous tes sentiments et ressentiments (colère, frustration, doutes, incertitudes, tristesse, joie spontanée, etc.) ! Bref, tu vas pouvoir devenir le robot que la Société souhaite avoir, c’est plus commode pour manipuler la population.

Voici un petit article d’opinion d’un psychologue clinicien à propos des médicaments pour l’âme que les grandes compagnies pharmaceutiques vendent à tout vent et que les psys et docs de tout acabit voudraient nous enfoncer de force dans la gorge et dans l’âme.

http://www.lapresse.ca/le-soleil/vivre-ici/coin-du-psy/201302/16/01-4622454-nous-sommes-a-peu-pres-tous-fous.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=envoyer_cbp

Publié le 17 février 2013 à 05h00

Nous sommes à peu près tous fous…

Yves Dalpé, collaboration spéciale, Le Soleil

« (Québec) Courez vous procurer le tout nouveau livre de Jean-Claude St-Onge (Tous fous?) qui dénonce les conséquences désastreuses des compagnies pharmaceutiques sur la psychiatrie. Vous pouvez aussi écouter l’entrevue qu’accordait cet auteur au journaliste Yanick Villedieu dans l’émission scientifique Les années-lumière de Radio-Canada, le 3 février dernier.

Il est devenu urgent, selon moi, que le Québec prenne conscience de la dérive actuelle de la biopsychiatrie qui explique les souffrances humaines normales par le déraillement chimique du cerveau. Je sais que ce sujet fait énormément réagir les gens.

Mais cette contestation de l’approche purement chimique des souffrances morales est devenue nécessaire. Et le public doit connaître le rôle pernicieux des compagnies pharmaceutiques qui exercent une influence néfaste sur la psychiatrie. Je vous fais donc part aujourd’hui de certaines informations livrées par Jean-Claude St-Onge, qui me sont d’ailleurs familières.

Le nombre de «maladies mentales» répertoriées dans «la bible» des psychiatres (le DSM) ne cesse d’augmenter jusqu’à inclure des états normaux. Par exemple, la tristesse engendrée par la perte d’un être cher devient une dépression majeure si elle perdure au-delà de deux semaines! D’autres exemples: le bégaiement, le syndrome prémenstruel, la timidité (rebaptisée phobie sociale), l’éjaculation précoce. Ou encore le trouble du déficit de l’attention et hyperactivité (TDAH), dont les critères font en sorte qu’un pourcentage incroyable d’enfants tombe dans ce diagnostic.

Ces «maladies mentales» ouvrent la porte aux compagnies pharmaceutiques qui peuvent ainsi vendre leurs remèdes. Nous assistons aujourd’hui à une fausse épidémie de maladies mentales fabriquée de toutes pièces par les compagnies pharmaceutiques, déplore Jean-Claude St-Onge. Est-ce normal d’après vous que les deux tiers des psychiatres ayant siégé à l’équipe de rédaction du DSM aient été en conflit d’intérêts, puisqu’ils étaient rattachés à des compagnies pharmaceutiques? Si on se fie à tous les diagnostics du DSM, nous serions à peu près tous fous, raille St-Onge.

Détrompez-vous si vous croyez que les psychotropes (les médicaments utilisés en psychiatrie comme les antidépresseurs, les anxiolytiques, les somnifères, etc.) sont tous issus de recherches scientifiques rigoureuses, car on y déplore de graves erreurs méthodologiques et de la manipulation de données à grande échelle.

Est-ce normal qu’on ne publie dans les revues scientifiques que les résultats favorables aux médicaments? Et saviez-vous que si on considère les recherches non publiées, l’efficacité prétendue des psychotropes s’affaisse? Saviez-vous aussi qu’après 40 ans de recherche, on n’a jamais pu établir que la dépression était causée par un manque de sérotonine? En 20 ans, les compagnies pharmaceutiques ont été condamnées à 20 milliards $ d’amende!

Par ailleurs, les diagnostics psychiatriques sont hautement subjectifs. Il n’y a pas de test médical comme une prise sanguine qui puisse en témoigner de façon objective. Le taux de concordance entre psychiatres sur les différents diagnostics est très faible. L’auteur de Tous fous? cite une recherche dans laquelle trois médecins sur quatre se sont trompés sur le diagnostic du TDAH.

Autre aspect minimisé: les nombreux effets indésirables des psychotropes qui sont passés sous silence et peuvent être désastreux. St-Onge parle même d’hécatombe dans les maisons pour personnes âgées. Les psychotropes les entraînent dans la mort.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, je n’ai aucun avantage professionnel ou personnel à propager ces faits, croyez-moi. C’est tout le contraire, car je risque de déplaire à beaucoup de personnes qui vont tirer sur le messager. Comme je suis psychologue clinicien, on s’imagine que je prêche pour ma paroisse. Vous savez, ce serait tellement plus simple d’écrire que médicaments et psychothérapie sont en complémentarité et qu’on travaille tous main dans la main…

Mais j’ai plutôt envie de crier: non, nous ne sommes pas des machines chimiques, c’est faux. Et cessons de vivre dans l’illusion des solutions miraculeuses et rapides qui viennent de l’extérieur. Les solutions au mal de vivre et aux problèmes existentiels ne résident pas dans la pilule. Elles passent plutôt par l’entraide et la prise en charge de soi-même. Elles demandent de la réflexion, de l’effort, de la discipline, des changements d’attitudes, de comportements, de style de vie, etc. Les solutions aux médicaments sont nombreuses et efficaces: l’éducation, l’exercice, l’hygiène de vie, la bibliothérapie, la psychothérapie individuelle et en groupe, etc. Et non, nous ne sommes pas «malades» quand nous traversons des épreuves.

Comme je le comprends, les psychotropes peuvent être utiles dans des situations bien particulières et de façon temporaire. Mais ils sont devenus une panacée généralisée et idéalisée à tort, non sans graves conséquences. »

Publicités

Une réflexion sur “Nous sommes à peu près tous fous…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s