La peur au ventre vs le bonheur dans le coeur


Parfois, je suis terrifiée. La peur me noue les entrailles. À chaque fois que je publie, que je mets en ligne un billet un peu ésotérique ou qui sort des normes, la peur m’envahie. À chaque fois que j’annonce mes chroniques via un média comme LinkedIn par exemple, la peur est là. Ça ne m’empêche pas d’écrire et de mettre mes billets en ligne, mais c’est là indéniablement.

De quoi ai-je si peur ? Qu’on ne m’aime pas ? Non. De ce que l’on va penser de moi et me juger ? Non.

Je suis terrifiée à l’idée que l’on lise mes chroniques et qu’on me demande, qu’on exige que je me taise parce que je suis trop ouvertement et trop publiquement hors norme. Parce qu’il me serait émotionnellement et même physiquement impossible de me taire. Je dois m’exprimer, c’est devenu une nécessité pour moi.

Ce qui me fait affronter cette peur, cette angoisse, c’est que de parfaits inconnus et des amis(es) m’ont dit que lire mes chroniques les avaient aidé et que mes chroniques les avaient fait réfléchir. À chaque fois, je me sens alors justifiée et fière de moi. Ce qui fait que je continue d’écrire ET de mettre en ligne ET de publier/promouvoir de ci, de là mes chroniques.

Ce sont ces commentaires positifs qui m’aident à sortir de ma coquille, qui m’aide à me tenir debout face aux autres, mais aussi face à moi-même. Je ne laisse pas la peur contrôler mes actions, ni mes pensées. À chaque fois que la peur me donne envie de retourner dans ma cachette, je me dis qu’il y a des gens qui ont besoin de lire mes chroniques à un moment précis de leur vie (synchronicité) et ne serait-ce que pour ces gens-là, je me dois de publier et de promouvoir mes chroniques sur des médias sociaux divers.

Ça l’air un peu présomptueux ou arrogant de se dire que des gens ont besoin de me lire, mais cela arrive. Peut-être pas 1 000 000 de personnes, ni 10 000. Peut-être seulement moins de 10. Peut-être seulement 1 personne. La quantité n’est pas importante. Ce qui est important c’est d’avoir un impact positif dans la vie de quelqu’un.

Je crois que le bonheur se propage non pas en masse, mais en petite dose. On donne alors au suivant et cela fait boule de neige.

Alors merci chers lecteurs et lectrices, qui que vous soyez et où que vous soyez. Vous me faites du bien et j’espère continuer à vous en faire aussi.

20120320-232506.jpg

Publicités

4 réflexions sur “La peur au ventre vs le bonheur dans le coeur

  1. As-tu déjà eu des commentaires qui te demandaient de te taire pour avoir peur qu’on te le dise??
    Entk, moi je trouve que tu fais bien de t’exprimer. 🙂

    1. Ben non, même pas. C’est une peur imaginaire. C’est un peu en lien avec mon contexte professionnel. Si mon employeur voit ma prolifération de mes opinions un peu bizarre (ET, zombies, élévation, etc) sur le Web et les réseaux sociaux, comment il va prendre ça ? D’un autre côté, j’ai droit à mes opinions et je ne mentionne ou ne fais référence à mon employeur nulle part. Mais comme je suis en contact direct avec ses clients et que je met un lien de mes écrits sur LinkedIn où le nom de mon employeur est inscrit… Ma chère retire toi ou pire, perdre mon emploi… Je me fais du stress pour rien, je sais bien. C’est ma machine à rumeurs internes qui capote un peu. Mais tu vois juste en l’écrivant drette là, je viens de trouver une solution.

  2. De rien! LOL. Mais dis-toi bien que tu n’es pas si hors norme que ça. Tu exprimes tout haut ce que beaucoup d’autres pensent silencieusement. Tu connectes. Il faut voir combien les sites et conférences ésotériques sont populaires, méconnus, vrai, mais tout de même ça touche une partie de la population. Alors je te dis, continues!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s