Nouvelle étape


Me voici en train d’écrire ma première petite chronique à partir du nouvel Ipad2 de mon homme. Quelle satisfaction! Ça va presque aussi bien que mon ordinateur. Je suis même en train d’adapter mon doigté. Euh… Comment on écrit doigt? Ah oui, doigt… Bon, je m’améliore au fur et à mesure.

Que dire de plus de ma nouvelle vie, nouvelle étape? Nouvelle vie parce que je me suis trouvée un nouveau travail. Cela a prit du temps, mais il commence à faire du sens. Mais j’ai quand même capoté un peu, ok des fois pas mal, pendant les deux premières semaines. Rush total, tristesse, épuisement extrême, toutes les montagnes russes y sont passées. Ça va mieux là. Une chance parce que ma soupape était en train de sauter.

Néanmoins, je trouve ça difficile de ne plus avoir autant de temps pour écrire. Il me reste le soir, mais je suis quand même fatiguée et j’ai passé la journée devant l’ordinateur au bureau, alors est-ce que ça me tente de me remettre sur l’ordi? Non pas tellement. Quoique maintenant avec le IPad, je peux faire ça assis, ou plutôt bien effouarée dans mon divan, bien confortablement dans mon salon, à côté de mon homme que j’ai pas vu de la journée. Alors pas besoin de m’expatrier dans le bureau, seule, dans le silence et inévitablement je vais me coucher trop tard. Ça me fait tout le temps ça quand je me mets sur l’ordi le soir. Tu t’attèles à la tâche et en deux temps trois mouvement, tu te demande pourquoi tes yeux ferment tout seul ? C’est évident, il est rendu minuit! Quoi déjà ! Mais je viens tout juste de commencer. Et comme le lendemain, il y a boulot, il y a pas trop le choix et je dois aller me coucher. Déjà que je « snooze » deux ou trois fois le matin quand je me couche à une heure normale, genre 22h et quelques.

En parlant de l’heure qu’il est rendu, et oui ! Déjà 22h… Déjà l’heure du dodo qui revient.

Ce que je trouve cependant un peu frustrant, c’est que je suis très inspirée dans la journée et que je ne peux pas me mettre sur mes idées. J’arrive certes à les écrire rapidement, mais je ne peux pas les développer. J’ai pas le temps, je suis au travail et j’ai plein de trucs de boulot à faire. Des fois sur l’heure du dîner j’arrive à sortir des éléments d’information et de les noter, mais une petite demi-heure ça passe tellement vite. Je prend 30 minutes pour manger, au moins 20 minutes pour aller marcher à l’extérieur parce que je n’ai aucune vue sur l’extérieur de mon bureau et que je le trouve parfois un peu oppressant. Donc il me reste au max 10 minutes pour imprimer ou noter mes idées. Ça me déprime. Il y a des fois où j’ai un tel besoin de m’exprimer que ça me prend à la gorge et je ressens l’urgent besoin que ça sorte quelque part. Je me retiens la plupart du temps, mais des fois, c’est trop urgent et je prends le temps qui à faire un peu de présentéisme. Il y a des limites à la performance au travail.

Je dois avouer cependant que je ne m’accomplis pas dans le monde du travail, même si ce que je fais est intéressant.

La vérité est ailleurs ! Et je le sais maintenant.

C’est un peu difficile cependant de devoir revenir dans le monde concret de la dualité alors qu’on a pu s’élever si haut, si loin il y a peu de temps. J’étais enfin libre et soudainement, je me suis retrouvée de nouveau en cage, même si elle peut avoir des barreaux dorés. Le retour sur Terre à été difficile, mon cœur ne voulait pas revenir dans sa cage et il me l’a clairement fait comprendre. Cauchemars hauts en couleur à l’appui…

Quand je me suis rendue au bout de ma résistance, j’ai demandé de l’aide à mes anges gardiens et merci, ils m’ont bien appuyée.

Ce fardeau, ce retour en cage n’est que temporaire. Et comme je le sais maintenant, cela me permet de rester les pieds et la tête sur Terre, bien que mon cœur et mon âme eux soient ailleurs.

Publicités

2 réflexions sur “Nouvelle étape

  1. il faut que tu mette un bouchon sur le volcan de ta créativité… je te comprends de te sentir dans une cage! c’est pas facile de mettre un frein à notre créativité, à notre vie spirituel lorsqu’on nage en plein dedans. Un travail, c’est bien pour le porte-feuille mais pas toujours pour notre vie intérieur. Mais courage l’équilibre reviendra 🙂 xoxo

    1. Je pense que dans mon cas, mettre un bouchon sur le volcan de ma créativité équivaudrait à signer mon arrêt de mort. Enfin je me suis retrouvée, enfin je me suis éveillée et il est hors de question que je recule pour retourner à mon état précédent. Cependant, c’est aussi une question d’adaptation. Et je m’adapte ! J’ai déjà le corur plus léger. L’important c’est de ne pas s’oublier, de ne pas se perdre dans notre Société actuelle.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s